Les syncytines - Des protéines d’enveloppe rétrovirales capturées au profit du développement placentaire | médecine/sciences
www.medecinesciences.org
external-link
médecine/sciences (M/S), revue internationale dans le domaine de la recherche biologique, médicale et en santé

Des protéines d’enveloppe rétrovirales capturées au profit du développement placentaire.

Au cours de l’évolution, les vertébrés ont été exposés à de multiples vagues d’infection par les rétrovirus. Par leur capacité remarquable à intégrer leur ADN dans le génome de la cellule cible, certains rétrovirus se sont insérés dans la lignée germinale de leur hôte. Ils ont ensuite été transmis verticalement de génération en génération, de façon mendélienne. Suite à de nombreux événements d’amplification, ces rétrovirus endogènes (ou ERV pour endogenous retroviruses) forment maintenant des familles multigéniques représentant une partie considérable du génome des vertébrés (8 à 10 % chez l’homme et la souris).

voir également:

#scihub https://sci-hub.ee/10.1038/35001608

(About Virus and the Placenta)

Eh bien, quelque chose sonnait comme une sonnette dans mon esprit.

Dans quels processus biologiques humains les syncytines sont-elles impliquées ?

Comme mentionné ci-dessus, la syncytine est liée à l’évolution biologique autour des capacités de morphogenèse du placenta il y a 25 millions d’années.

(Et j’essaie toujours de revoir certaines bases autour de l’hcg et de la syncytine. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32501590/)

De plus, la syncytine-1 semble être impliquée dans le virus de l’herpès. “La charge du virus d’Epstein-Barr est corrélée à l’expression de l’enveloppe du rétrovirus associé à la sclérose en plaques”.

https://www.mdpi.com/2227-9059/10/2/387

Le virus d’Epstein-Barr ou herpès virus 4 HHV-4, serait également impliqué dans les causes de la sclérose en plaques (en plus de la mononucléose infectieuse, du carcinome nasopharyngé, etc.)

Le virus infecte 80 à 90 % des adultes dans le monde.

La publication en question, avec une base de données d’études sur 10 millions d’individus,

La sclérose en plaques touche directement 2,8 millions de personnes.

Et un essai clinique de phase 1 est en cours avec un vaccin à ARNm. https://www.science.org/doi/10.1126/science.abj8222

Peut-on rechercher la présence de Syncytine, ou traces de dérivées, dans nos urines ? (ou d’autres fluides ou mucus

L’urine offre une alternative au plasma sanguin comme source potentielle de biomarqueurs de maladies. Un biomarqueur urinaire déjà exploité dans les études cliniques est l’aquaporine-2. Cependant, la manière dont l’aquaporine-2 (une protéine de membrane intégrale) et d’autres transporteurs apicaux sont acheminés vers l’urine reste un mystère. Nous nous penchons ici sur l’hypothèse selon laquelle ces protéines atteignent l’urine par la sécrétion d’exosomes [vésicules membranaires issues des vésicules internes des corps multivésiculaires (CMV)]. Des vésicules membranaires urinaires de faible densité provenant de sujets humains normaux ont été isolées par centrifugation différentielle.

L’analyse complète par chromatographie en phase liquide et spectrométrie de masse en tandem a révélé 295 protéines, dont plusieurs produits protéiques de gènes déjà connus pour être responsables de maladies rénales et systémiques, notamment la polykystose rénale autosomique dominante, le syndrome de Gitelman, le syndrome de Bartter, le syndrome autosomique récessif d’ostéopétrose avec acidose tubulaire rénale et l’hypomagnésémie rénale familiale.

Les exosomes sont de petites vésicules (30 à 100 nm) dérivées des membranes luminales des corps multivésiculaires (CMV ; réf. 1, 2). Lors de la fusion avec la membrane cellulaire, les corps multivésiculaires libèrent leur contenu de manière extracellulaire, et les vésicules libérées sont alors appelées exosomes. Les exosomes peuvent être détectés dans plusieurs fluides corporels humains tels que l’urine (3), le liquide amniotique (4) et le plasma (5), et représentent un matériel biologique intéressant pour le diagnostic potentiel de maladies humaines et animales.

Les protéines syncytines incorporées dans les exosomes du placenta sont importantes pour l’absorption cellulaire et montrent une variation de leur abondance dans les exosomes sériques des patientes atteintes de pré-éclampsie.

https://faseb.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1096/fj.13-239053

Nota bene:

Déja au moyen âge, l’urine était utilisé comme support d’enquête visuelle de certaines pathologies.

Repéré via Clara Dealberto

“roue d’uroscopie” de 149, issu du Fasciculus Medicinae, aux allures de dendrogramme circulaire.

On y voit des flacons d’urine de différentes couleurs en fonction des maladies.

https://en.wikipedia.org/wiki/Fasciculus_Medicinae

https://www.heldfond.com/pages/books/7304/johannes-de-ketham/the-fasciculus-medicinae-of-johannes-de-ketham-alemanus

Discutons biologie comme nous discuterions de cuisine.

Images d’en-tête: XavCC Licence Creative Commons BY SA 4.0

  • 0 users online
  • 1 user / day
  • 1 user / week
  • 1 user / month
  • 1 user / 6 months
  • 3 subscribers
  • 1 Post
  • 0 Comments
  • Modlog